Succès dans la pratique

Se diversifier

Avant que Christof et sa femme ne décident de se lancer dans l’élevage de poulettes, ce dernier avait calculé trois variantes aux cours de chef d’exploitation : l’agrandissement du cheptel de buffles d’eau, la construction d’un poulailler pour pondeuses ou la construction d’un poulailler de poules d’élevage. Il avait déjà été en contact avec des volailles pendant sa formation et s’imaginait bien travailler dans cette branche.

Elever ses propres poulettes

Ici, on élève deux séries de 5000 poulettes par an. Après 20 semaines, elles sont prêtes pour la ponte. Simon Mock travaille avec la firme Prodavi. C'est elle qui décide de la date d'installation, de la race, de la stratégie alimentaire et des acheteurs. " La prochaine série comprendra quatre races différentes. Nous avons souvent des lots plus petits qui vont dans des exploitations de ponte plus petites. Gérer tout cela est passionnant car les races n'ont pas exactement les mêmes besoins, qu'il s'agisse de l'alimentation ou de la lumière.

La mise en place est décisive

Les premières semaines qui suivent la mise en place des poules sont les plus intensives. Les efforts consentis pour nettoyer soigneusement le poulailler, passer beaucoup de temps à observer les animaux et effectuer fréquemment des tournées au poulailler en valent la peine. Il peut aussi être judicieux de se rendre sur l’exploitation d’élevage pour voir les jeunes poulettes et se faire une idée.