Moutons

Les moutons appartiennent à la catégorie des petits ruminants et peuvent principalement être nourris avec de l‘herbe et ses dérivés conservés. Dans certaines situations, comme avant l‘agnelage, pendant la lactation, la saison de reproduction et pour l’engraissement d’agneaux, les besoins des animaux sont considérablement augmentés. Pour des béliers, des brebis et des agneaux en santé et performants, un affouragement adapté aux besoins est essentiel.  

Les formes de détention des ovins varient fortement. La détention d’ovins est courante en plaine, comme en zone de montagne. Selon la région, la base d‘affouragement et la détention divergent. Le large éventail de types d’exploitations conduit à des exigences différentes par chaque chef d’exploitation.

Brebis: 

  • Avec estivage
  • En plaine


Agneaux:

  • Engraissement sous la mère
  • Elevage sans la mère
  • Engraissement intensif
  • Avec estivage et phase de finition

Pour une production ovine rentable, chaque système mise sur la performance et la santé des animaux.

  • Alimentation, Alimentation des brebis

    Alimentation

    Comme chez tous les ruminants, l‘accent est mis sur un approvisionnement optimal des microbes du rumen. Ceux-ci garantissent qu‘un ruminant puisse valoriser l‘herbe. Pour que les microorganismes puissent fonctionner pleinement, la ration doit être appropriée à la rumination. Cela comprend un apport structurel adéquat et un changement de régime graduel. L‘objectif est de maintenir le pH du rumen aussi constant que possible, car les microbes du rumen ont besoin d‘au moins deux semaines pour s‘habituer à la nouvelle ration. Afin s‘assurer que le pH du rumen reste stable, la distribution de concentrés être effectuée en plusieurs repas. Avec les mesures susmentionnées, les microbes du rumen trouvent un environnement optimal. Grâce à UFA W-FOS, l’affouragement est coordonné et synchronisé avec les fermentations ruménales. Toute la gamme UFA-PROFI est basée sur W-FOS. Les aliments contiennent des valeurs plus faibles en hydrates de carbone rapidement fermentescibles (HCRF). Ainsi, le taux de passage peut être ralenti malgré des quantités élevées de concentré et les fluctuations de pH ruménal, et les problèmes qui y sont associés, sont évités. La valeur PVDI décrit la quantité de protéines qui est vraiment digestible dans l‘intestin grêle et remplace les valeurs PAI conventionnelles. Il faut viser des niveaux supérieurs à 85 g/kg de MS dans la ration.

    Alimentation des brebis

    Les besoins énergétiques et en nutriments de la brebis sont influencés par le stade de lactation, le nombre d‘agneaux et la race et divergent grandement en fonction du niveau de performance. Par conséquent, l‘alimentation de la brebis doit être adaptée à la performance attendue. Seuls les animaux approvisionnés de manière optimale sont fertiles et présentent une production élevée.

  • Agneaux d’élevage

    Alimentation pour agneaux

    Les conditions pour réussir dans l‘élevage et dans l‘engraissement des agneaux est le poids à la naissance qui doit être d‘environ 4 à 5 kg. Des poids à la naissance plus élevés sont attribués à un affouragement adéquat des brebis en fin de gestation. Les agneaux ont un potentiel d’accroissement élevé. En environ cinq semaines, ils tripleront leur poids de naissance. Cela n‘est possible que si les brebis et les agneaux sont bien nourris. La sélection des animaux d‘élevage et d‘engraissement doit se faire lorsqu’ils ont un poids d’environ 35 kg, afin de pouvoir sélectionner les agneaux les mieux adaptés.

    UFA 763 PREMIUM

    • Haute teneur en vitamines 
    • Légèrement tamponné
    • Augmente l’ingestion
    • Avec levures vivantes
    • Extraits végétaux favorisant la santé pulmonaire
    • Aliment combi particulièrement savoureux

    UFA 863 PROFI*

    • Extraits végétaux favorisant les voies pulmonaires

      • Favorise le développement du rumen

      • Améliore la valorisation énergétique

      • Augmente l’ingestion

      • Avec levures vivantes

      • Stabilise l‘environnement ruménal

      • Inhibe les coccidies et réduit la pression diarrhéique

    *Les aliments PROFI sont disponibles dès 2 tonnes en vrac ou dès 2 palettes

  • Alimentation des béliers

    Alimentation des béliers

    Pendant la période de repos, les béliers reproducteurs ont un faible besoin énergétique. Pendant cette période, les animaux sont nourris en fonction de leurs besoins. Par conséquent, un bon fourrage de base est généralement suffisant pour approvisionner les animaux. Il est important d‘éviter autant que possible les fluctuations de poids. Il est important de donner suffisamment de sel minéral, environ 30 g UFA 998-W Herbaplus par jour tout au long de l‘année. D’autre part, il faut également mettre à disposition du sel bétail à libre disposition. Cela empêche la formation de calculs rénaux.

    Environ un mois avant le début de la période d’accouplement, la concentration en nutriments de la ration des béliers devrait augmenter progressivement. Nous recommandons la distribution d’un aliment complémentaire à hauteur de 300 à 500 g par jour d‘UFA 772 PREMIUM ou UFA 766 EXTRA avec une ration équilibrée, d’UFA 767 EXTRA avec une ration de base riche en énergie ou d’UFA 765 EXTRA avec une ration de base riche en protéines.

    Pendant la période d’accouplement proprement dite, le besoin énergétique des béliers augmente considérablement. Par conséquent, l’aliment complémentaire doit être augmenté à 800 g par jour. Si les béliers sont sous approvisionnés pendant cette phase intensive, leurs performances de saillie en souffrent.

  • Engraissement intensif

    Engraissement intensif

    Les agneaux issus de l‘élevage ovin laitier, ainsi que les agneaux nés à la fin de l‘automne et en hiver, sont si possible engraissés intensivement. Le poids final de 40 kg devrait être atteint en environ 120 jours. Cela nécessite un accroissement quotidien d‘environ 300 g et un apport en nutriments ajusté en conséquence. Selon la stratégie alimentaire, il existe deux options pour l‘engraissement intensif de l‘agneau.

    Engraissement des agneaux avec UFA 867 PROFI

    Pour les exploitations disposant de peu de fourrages de base et sans mélangeuse, l’aliment UFA 867 PROFI est idéal. Cet aliment est utilisé pour l’engraissement intensif des agneaux et peut être distribué ad libitum. Le taux élevé en fibres brutes et en parois cellulaires digestibles favorisent l‘activité du rumen et améliorent la santé animale. Mettre à disposition suffisamment de fourrage sec de bonne qualité et de l’eau.

    Les agneaux d‘engraissement à fort potentiel de croissance peuvent atteindre un gain quotidien moyen de 300 à 400 g / jour lorsqu‘ils sont nourris correctement. Le graphique suivant montre la quantité quotidienne d‘aliment ad libitum nécessaire pour atteindre une augmentation de 25 kg de poids vif après le sevrage.

  • Alimentation pour agneaux

    Alimentation pour agneaux

    Les conditions pour réussir dans l‘élevage et dans l‘engraissement des agneaux est le poids à la naissance qui doit être d‘environ 4 à 5 kg. Des poids à la naissance plus élevés sont attribués à un affouragement adéquat des brebis en fin de gestation. Les agneaux ont un potentiel d’accroissement élevé. En environ cinq semaines, ils tripleront leur poids de naissance. Cela n‘est possible que si les brebis et les agneaux sont bien nourris. La sélection des animaux d‘élevage et d‘engraissement doit se faire lorsqu’ils ont un poids d’environ 35 kg, afin de pouvoir sélectionner les agneaux les mieux adaptés.

     

    Elevage sans mère

    Les agneaux ont naturellement des exigences différentes en lait de celles des cabris et des veaux. Parce que le lait de brebis contient environ 30 % plus d‘énergie que le lait de vache, ils ont besoin de lait pour agneau spécial qui répond à leurs besoins. Des études ont montré que des agneaux abreuvés uniquement au lait de vache ne présentaient aucun désavantage au niveau de la santé, mais que leurs performances étaient plus mauvaises que s‘ils étaient nourris au lait de brebis.

    UFA 861 lait pour agneaux 

    DLe lait pour agneaux UFA 861 convient, en raison de son excellente composition nutritive, pour l’élevage sans la mère. La composition de ce produit correspond parfaitement aux besoins énergétiques des agneaux. Grâce au lait UFA 861, les agneaux sont en bonne santé et se développent bien. Ce lait de substitution peut être utilisé pour les races laitières et à viande.

    Avantages:

    • Composition nutritionnelle idéale
    • Teneur en matières grasses élevée
    • Convient pour l‘élevage et l’engraissement des agneaux
    • Préparation facile

    Utilisation: Préparatrion du biberon: 1. Pese dans un récipient la quantité de UFA 861pour la qantité de buvée souhaitée. Dosage 150 - 180 g par litre. 2. Ajouter un peu d‘eau bein chaud (50-60 °C) 3. Bien remuer, jusqu‘à dissolution totale de la poudre 4. Remplir avec de l‘eau chaude. Température idéale: 40 °C. Si les agneaux sont nourris au seau, le lait d‘agneau doit être bien mélangé au lait. Pour s‘assurer que le réflexe de fermeture de la gouttière œsophagienne fonctionne et qu‘il n‘y ait pas de fermentations dans le rumen, il est recommandé d’abreuver les agneaux à l’aide de seaux à tétine. Les seaux doivent également être nettoyés à fond après chaque utilisation. Pendant l‘abreuvement, observer les agneaux méticuleusement pour identifier rapidement les animaux malades.

    Automates à buvée

    L‘automate à buvée est le meilleur système d‘allaitement parce qu‘il allège le travail de l‘éleveur, d‘une part, et satisfait au comportement naturel des agneaux, d‘autre part. Ainsi, les agneaux tètent des sucettes similaires aux trayons maternels, qui stimulent leur réflexe de succion. Ceci est important pour que le lait absorbé pénètre directement dans la caillette. Si le lait passe à travers le rumen, cela entraîne des météorisations et endommage les villosités du rumen.

  • Moutons bio

    Moutons bio

    Les moutons des exploitations biologiques ont également des besoins alimentaires spécifiques. En raison de la restriction de l‘utilisation d‘aliments concentrés, ces exploitations se concentrent sur les phases dans lesquelles les besoins en nutriments augmentent. C‘est le cas au cours des deux derniers mois de gestation et au cours des deux premiers mois après l‘agnelage. Dans ces phases, la concentration en nutriments doit être augmentée de manière ciblée. Si la production laitière des brebis diminue, il est logique de fournir aux agneaux des aliments concentrés. Cela favorise non seulement le développement des villosités du rumen, mais aussi les besoins des agneaux. Le fourrage grossier ingéré ne peut pas répondre aux besoins nutritionnels de l‘agneau pendant cette période, une supplémentation est conseillée. UFA 862 convient à tous les groupes d‘âge. Les moutons adorent manger les aliments granulés hygiénisés.

    Encore plus important est l‘approvisionnement en minéraux sur les exploitations biologiques, qui doit être assuré dans tous les cas. L‘apport de sodium peut facilement être assuré avec du sel bétail. Pour les minéraux, oligo-éléments et vitamines restants, UFA propose un bac à lécher (UFA CAKE BLOC Natur Herbaplus) et des minéraux en vrac (UFA 988 Natur Herbaplus). Les deux contiennent un mélange à base de plantes, ce qui réduit l‘excrétion des vers gastro-intestinaux et des coccidies. De cette façon, la pression parasitaire sur l’exploitation biologique peut être réduite.

  • Gestion des parasites

    Gestion des parasites

    Les maladies parasitaires posent de grands défis dans l‘élevage ovin et caprin et l‘infestation parasitaire affecte la santé et les performances des animaux.

    Problématique

    Les conséquences possibles d‘une maladie (selon le type de parasite) sont la diarrhée, les maladies respiratoires et l‘anémie. Il en résulte une diminution des gains quotidiens pour les jeunes animaux, une diminution des rendements laitiers chez les brebis et un système immunitaire affaibli. D‘un point de vue économique, il est donc impératif de prêter attention aux maladies parasitaires. La résistance aux vermifuges a considérablement augmenté ces dernières années chez les petits ruminants suisses. Ce fait appelle à repenser la pratique antérieure de lutte contre les parasites.

    Prévention

    L‘objectif de toutes les mesures préventives est de réduire la fréquence d‘utilisation des vermifuges. D‘un côté, cela peut être réalisé en abaissant la pression d‘infection sur les zones de pâturage avec une bonne gestion des pâturages. D‘un autre côté, la résistance des animaux peut être obtenue grâce à une alimentation, une détention, un apport en minéraux optimaux, l’affouragement d’additifs phytogéniques et le choix de races résistantes.

    Minimiser la pression parasitaire

    Exposition sur le pâturage: les parasites aiment généralement un endroit humide et chaud. Les larves de parasites peuvent survivre particulièrement bien dans les pâturages ombragés ou dans les zones où l‘eau stagne. Il est donc conseillé de clôturer les flaques d’eau, ruisseaux et les zones ombragées toute la journée.

    Période de prolifération: les animaux ne doivent rester sur le même pâturage que tant que les vers ne peuvent pas terminer leur cycle de développement. Sinon, les animaux reprendront les larves nouvellement écloses. Le temps de prolifération dure environ 1 semaine à max. 10 jours.

    Fauche et pâture: Si les parcelles sont pâturées et fauchées alternativement, la pression parasitaire peut être réduite. De nombreux vers gastro-intestinaux sont spécifiques à l‘hôte. Cela signifie que les larves de parasites infectieux de petits ruminants ne peuvent plus se développer chez les bovins. Par conséquent, le pâturage mixte des petits ruminants et des bovins ou des petits ruminants et des chevaux réduit considérablement la pression parasitaire. Les différentes espèces animales peuvent paître simultanément et alternativement.

    Estivage: De longues périodes de repos en hiver et des températures basses signifient que la pression parasitaire dans les alpages est faible. La pression parasitaire sur l’exploitation est également réduite car ces pâturages ne sont pas infestés durant l’estivage.

    Inclure les pâturages dans la rotation des cultures: les nouvelles semences sont traitées comme des parcelles qui n‘ont pas été pâturées avec de petits ruminants. Ces zones sont recommandées pour le pâturage des animaux sensibles (par exemple les jeunes animaux). 

    Résistance des animaux

    Plus les animaux sont vitaux, mieux le système immunitaire peut se défendre contre les parasites. Avec une alimentation optimale, un apport régulier et équilibré en minéraux et une attitude qui prend en compte les besoins des animaux, les conditions sont réunies pour que toutes les fonctions corporelles fonctionnent de manière optimale.

    Aspects d’élevage

    Lors de la sélection pour la reproduction, il faut veiller à ce que la race dispose d’un système immunitaire fort. La sélection doit être effectuée sur des animaux en bon état général et qui sont performants malgré une certaine pression parasitaire (croissance, fertilité, lactation).

    Traitements alternatifs

    Il existe différentes approches pour le traitement alternatif des vers. L‘utilisation d‘additifs phytogéniques a donné de bons résultats dans divers projets de recherche. Les tanins contenus dans les plantes, ainsi que d‘autres polyphénols, se lient à la structure protéique à la surface de la peau des vers, ce qui limite leur reproduction. L‘effet antiparasitaire est dû à des ingrédients tels que la fausse ambroisie, la grande aunée, l’ail et le thym.

Spécialités UFA pour moutons

Selon la situation et l‘état de santé des moutons, il convient d‘utiliser une spécialité. Diverses spécialités UFA soutiennent la santé des moutons, que ce soit avec le stress thermique ou l‘acidification du rumen, en pâturage, pour le nettoyage du foie ou pour une meilleure fertilité.