CE Frauchwil

Les quelque 50 vaches laitières reçoivent un mélange RTM d’ensilage d’herbe et de maïs, de foin / regain, de concentré protéique UFA 158 - 6 RTM, de composé minéral UFA 1215 RTM et de sel bétail. Au DAC, on leur distribue une ration individuelle d’aliment de production UFA 243 et d’aliment de démarrage UFA 263. Depuis que les Bangerter distribuent l’aliment de démarrage, la distribution d’UFA-Ketonex est limitée aux animaux sujets à la cétose. En été, les éleveurs donnent également de l’UFA-Alkamix Fresh, à partir du mois de mai. La communauté a fait de bonnes expériences avec ce régime car la fertilité et la production sont restées à un excellent niveau malgré les canicules.

Plus

Appliquer les stratégies de manière cohérente

Dans l’élevage bovin, sa stratégie consiste à rechercher des vaches robustes, de taille moyenne, avec de bonnes productions laitières et de bonnes numérations cellulaires. Il croise souvent des animaux de race Montbéliarde avec ses vaches Holstein ou Red-Holstein et fait des croisements ProCross. Ce qui lui réussit, puisque ses vaches affichent une production laitière moyenne supérieure à 7800 kg.

Famille de l’exploitant: Lucia et Ernst Galliker, avec Jenny (17), Fabienne (15) et Ciril (13), Kappel am Albis

  • SAU: 48 ha
  • Animaux: 65 vaches laitières, 35 têtes de jeune bétail
  • Grandes cultures: blé panifiable, orge fourragère, maïs, prairies temporaires

Plus

Troupeau à deux fins

Diverses races composent le troupeau de laitières présentant une production moyenne de 8500 kg de lait avec 3,8 % de matière grasse et 3,3 % de protéines. La stratégie d’élevage est scindée en deux axes. D’une part, les vaches de bonne souche avec une haute productivité sont accouplées en race pure. Pour le reste des animaux, on mise sur des croisements avec des races à deux fins afin de créer une plus-value lors de la vente de vaches de boucherie.

Association Bertrand Gaillard et Claude Martin, 1354 Montcherand 

Plus

Optimiser au lieu d’agrandir

Optimisations

Les vaches laitières sont détenues dans une étable à stabulation libre sur litière profonde, construite en 1998. La CE projette une reconversion en stabulation libre à logettes dont la procédure d’autorisation est en cours. La salle de traite ayant pris de l’âge, les exploitants ont décidé – après avoir tenu compte de divers facteurs – de la r emplacer par un robot de traite. L’objectif de cette rénovation est d’optimiser la production et non pas d’augmenter le cheptel laitier. La flexibilité que permet le robot de traite a beaucoup pesé dans la décision. Les quelque 55 vaches Red Holstein et Holstein atteignent des productions qui vont de 8500 à 9500 kg par lactation. On pratique l’insémination sexée pour la descendance, les autres vaches étant inséminées avec des semences de races bouchères. Ces derniers temps, on a accordé davantage d’attention à la qualité du lait, ce qui a entraîné l’élimination d’un plus grand nombre de vaches que d’habitude.

Plus

Tirer le meilleur parti du fourrage de base

Les 68 vaches laitières ont une lactation moyenne de 10 000 kg. Depuis l’installation du système de traite automatique, leur rendement a considérablement augmenté. Mais la décision d’acheter un robot de traite ne s’est pas basée uniquement sur l’aspect du rendement laitier. 

Malgré la technologie, Stefan tient beaucoup à définir des fenêtres horaires pour le temps passé à l’étable lors de la planification de la journée, afin d’observer le troupeau. Les données fournies par le robot sont également utilisées de manière intensive et constituent un outil important, par exemple pour la détection précoce des chaleurs ou des maladies métaboliques. 

Plus

Le suivi: une clé du succès

Exploitation: Lovis Philippe et Sylvie, Saulcy

Pendant les mois d’été, les vaches sont au pâturage communal qui ne jouxte pas directement la ferme. Les exploitants veillent à ce que chaque vache parte gravide en estivage car là, les vaches ne peuvent plus être observées de manière aussi suivie qu’ils le souhaiteraient. ...

... On peut constater que Sylvie et Philippe entretiennent une étroite collaboration avec Anthony au fait que celui-ci connaît aussi bien qu’eux mêmes les chiffres clés de l’exploitation et du troupeau.

Plus

Une exploitation familiale à 100%

En route avec Martin Giger chez exploitation des vaches laitières de Katja et Guido Weber de Hittnau.

Dans la sélection, Guido attache une importance particulière à la santé et à la longévité des animaux. La race joue un rôle secondaire. Ce qui prime, c’est que les vaches soient en forme et aient une mamelle compatible avec la traite robotisée. 

Plus

Une exploitation laitière optimisée de A à Z

En calculant ses coûts de pr oduction, Benno Elmiger a constaté qu’il gér ait bien sa Branche de production laitière. Parvenir à un tel r ésultat implique d’être très rigoureux, tant pour l’élevage du jeune bétail que pour l ’analyse des données.

Plus