Managment

L’engraissement des veaux n’est pas sans risques et sa réussite n’est pas garantie. Mais si l’engraisseur applique quelques principes essentiels, il peut réussir.

L’étable et le climat

  • aire de repos suffisante pour tous les animaux
  • Nettoyer et désinfecter les étables et les installations avant d’établer un groupe. Nettoyer quotidiennement les abreuvoirs, les sucettes et les conteneurs.
  • N’utiliser que de la paille d’excellente qualité
  • veiller à ce que l’air circule bien – sans formation de courants d’air


Santé

  • Lever sans difficulté, port de tête droit, vivacité générale, bon état nutritionnel, pas d’écoulement oculaire ou nasal, pas d’articulations et de nombril enflés. Respiration calme, pas de toux, bon appétit, bon réflexe de succion, température 38.5 à 39.5° C, selon la température ambiante.
  • Refuser les animaux déficients et malades ou les traiter immédiatement.
  • Prophylaxie de mise à l’étable d’entente avec le vétérinaire (ordonnance).
  • Contrôler les animaux plusieurs fois par jour, agir rapidement en cas de symptômes de maladies.
  • Tondre les animaux.
  • Lutte contre les mouches.

 

Allaitement / affouragement

  • Colostrum: Distribuer env. 2 litres de colostrum en plusieurs rations, dans les 6 premières heures de vie, pour protéger les veaux des maladies infectieuses spécifiques à l’étable.
  • La poudre de lait utilisée en complément au lait entier couvre les besoins additionnels en substances nutritives et actives.
  • Utiliser des spécialités pour sécuriser les apports de fer, de vitamines, d’électrolytes et d’oligoéléments.
  • Respecter le plan d’allaitement.
  • Automate à buvée/seau : Nettoyage quotidien des automates/seaux, nettoyage quotidien des conteneurs de produits liquides, dosage correct des quantités à l’automate/au seau, contrôle quotidien de la température de la buvée (42°C).
  • Température de la buvée : La digestibilité des protéines et des matières grasses présentes dans la buvée dépend de sa température. Température idéale: 40 à 42°C. Moins chaud, le lait caille plus lentement, ce qui induit des troubles digestifs, des diarrhées et une détérioration de l’indice de consommation.